FORUM de l'association Petit Oeuf
Bienvenue sur Petit Oeuf


Grossesse extra-utérine
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 les traitements possibles

Aller en bas 
AuteurMessage
Zip
A posé la première pierre...
Zip

Nombre de messages : 9345
Age : 36
Enfants : 2oo3 / 2oo7 / 2o1o
GEU : 2oo5 / 2oo9
Date d'inscription : 21/11/2005

MessageSujet: les traitements possibles   Mar 28 Fév - 14:13

Abstention thérapeutique :
Statistiquement 20 % des grossesses extra-utérines régresseent spontanément mais le traitemnt qui consiste à surveiller la patiente sans procéder à un traitement médical ou chirurgical est réserver aux patientes asymptomatiques (sans symptômes) et les explorations cliniques et les dosages sanguins (hCG et taux progestérone) prouvent qu'il s'agit d'une grossesse extra-utérines inactive ou peu active et en régression spontanée.
Dans ce cas là, les taux de hCG chez la patientes peuvent être comparés à la courbe de la régression du taux de hCG plasmatique chez les patientes ayant eu une grossesse extra-utérine tubaire avec :

un traitement radicale chirurgicale par salpingectomie (ablation de la trompe);

un traitement chirurgical avec conservation de la trompe.
Évolution du taux de hCG au cours d'une grossesse normale (tableau)

Évolution du taux de hCG au cours d'une grossesse normale (courbe)

Traitement chirurgical :
La voie d'accès :
soit par laparotomie (chirurgie classique par ouverture de la paroi abdominale) dans :
les cas graves avec altération de l'état général de la patiente ;
en cas contre-indication à la cœlioscopie (chirurgicale ou anesthésique) ;
échec de la réalisation du traitement chirurgical par voie cœlioscopique en raison du volume de la grossesse extra-utérine ou des difficultés d'accès par la présence d'adhérences ou des difficultés à réaliser l'hémostase (le contrôle des saignements)
dans certaines localisations (grossesse abdominale ou grossesse angulaire volumineuse) ;
si le chirurgien juge que le matériel cœlioscopique présente des défauts rendant la chirurgie cœliscopique dangereuse pour la patiente ;
enfin, si le chirurgien juge que ses compétences en chirurgie cœlioscopique ne lui permet pas de réaliser l'acte chirurgical par cette voie.
soit par chirurgie cœlioscopique dans tous les autres cas.

L 'acte chirurgical, quand il s'agit d'une grossesse ectopique tubaire, est variable parce qu'il peut être :
conservateur : la trompe porteuse de la grossesse ectopique est conservée parce que le chirurgien peut procéder à
soit une expression sur la trompe permettant l'expulsion en dehors de la trompe la grossesse ectopique ou ses débris qui sont restés dans la lumière tubaire après une expulsion spontanée et incomplète ;
soit une salpingotomie (césarienne tubaire) qui consiste à réaliser une incision de la paroi de la trompe et extraire la grossesse ectopique contenue dans sa lumière par expression ou aspiration.
radical : c'est-à-dire, l'ablation de la trompe (salpingectomie) ; les indications sont :
les volumineuses grossesses tubaires de plus de 5 à 6 cm de diamètre ;
l'altération importante de la trompe (rupture ou prérupture tubaire) ;
en cas de récidive de la grossesse tubaire du même côté ;
si la grossesse tubaire est à l'origine d'importante hémorragie interne ;

si au cours de la même intervention le contrôle de l'hémostase est imparfait après une tentative d'une traitement chirurgical conservateur
en cas d'échec du traitement conservateur réalisé lors d'une précédente intervention.


Il existe un score thérapeutique chirurgical de la grossesse extra-utérine permettant au chirurgien le choix de la technique chirurgicale la plus adaptée pour la patiente en fonction du dégré de l'altération de sa fertilité.



Traitement médical
par l'administration d'un traitement antimitotique (qui arrête la division cellulaire au niveau des cellules qui constituent la grossesse ectopique) ; il s'agit du méthotrexate à une dose de 1 à 1,5 mg/kg en intra-musculaire (50 mg/m² de la surface corporelle) ou en injection locale dans la masse de la grossesse ectopique, soit au cours d'une cœlioscopie ou sous contrôle échographique si cette grossesse ectopique est identifiable avec ce moyen d'investigation.

Le méthotrexate peut être associé à l'antiprogestérone appelée (RU 486) ce qui améliore nettement les résultats en matière de taux de succès.

Le traitement médical est réservé aux patientes porteuses de grossesse ectopique
peu symptomatique ;
peu active (faible taux de bêta-HCG, faible taux de progestérone plasmatique c'est-à-dire un taux inférieur à 5 ou 10 nanogrammes/millilitre) ;
peu volumineuse (moins de moins de 3 ou 4 cm de diamètre dans son grand axe) ;
ne contient pas un embryon présentant une activité cardiaque ;
qui n'est pas associée à une hémorragie interne importante (hémopéritoine de moins de 100 cc).
l'absence de contre-indication au méthotrexate est nécessaire.

Enfin ce traitement ne peut pas être proposé que chez les patientes qui ne sont pas angoissées et qui ont les moyens de comprendre l'intérêt de ce type de thérapie et qui sont capables de consulter rapidement le médecin en cas d'apparition de nouveau symptôme ou aggravation des symptômes déjà présents.


L'efficacité du traitement médical de la grossesse extra-utérine peut être évaluer par :

les symptômes que la patiente peut décrire car une aggravation ou une apparition de nouveaux symptômes témoignent d'un éventuel échec nécessitant de consulter rapidement un centre médical ;

l'examen clinique et l'exploration échgraphique réguliers qui permettent de repairer les probables échecs du traitementles ;

enfin les dosgaes réguliers des taux de hCG plasmatique (hormone sécrétée par les cellules trophoblastiques qui font partie des constituants de la grossesse). Les remarques concernant les dosages des taux de hCG sont :

les taux de hCG doivent être comparés à la courbe de la régression normale du taux de hCG après le traitement médicale de la grossesse extra-utérine

cette courbe montre une élévation initiale du taux de hCG dans les huit premiers jours (environ de + 25 % du taux initiale).

la négativation du dosage de hCG plasmatique (qui témoigne de la guérison définitive) est obtenu en moyenne au bout de 28 jours.

Le traitement médical peut comporter de des risques dus à la toxicité du méthotrexate qui est essentiellement :

hématologique (thrombopénie : diminution de la numération des plaquettes dans le sang ; leucopénie ou diminution de la numération des blobules blancs dans le sang) ;

digestive (diarrhée, somatite ou inflammation des muqueuses de la cavité buccale)

hépatique (au niveau du foie).

Le fait d'administrer le méthotrexate en une seule injection diminue énormément sa toxicité et ses effets secondaires
Revenir en haut Aller en bas
 
les traitements possibles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les traitements et leur effets secondaires possibles
» Ötzi avait des possibles origines corses
» Les Thérapies Naturelles
» Help! Comment choisir entre 2 possibles collaboratrices?
» Pelade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM de l'association Petit Oeuf :: La Grossesse extra-utérine en question :: Comment la diagnostiquer et la traiter ?-
Sauter vers: